Wasted Penguinz, ce duo est actuellement une référence en terme d’euphoric Hardstyle.

 

Histoire :

Jon Brandt-Cederhäll et Pontuz Bergman sont initialement deux jeunes DJ suédois produisant de l’eurodance. Jusqu’en 2006, les deux DJ sont rivaux, et n’ont de contact que par l’intermédiaire d’internet. C’est alors que Pontuz contacte Jon en 2006, pour se rencontrer afin de produire une track ensemble, suite à ça, et après 2 années passées, en 2008, leur vint l’idée de former un groupe de musique Hardstyle.

Il faut alors trouver un nom de scène, et c’est durant une de leurs nombreuses soirées, rythmées par la bière, que Jon et Pontuz se mirent d’accord sur le nom « Wasted Penguinz ». Ils produisent donc, plusieurs tracks, qu’ils envoient à plusieurs labels, dont Bazz Implants chez qui ils signent.

C’est deux ans plus tard, en 2010, que la carrière du duo prend un tournant. Ils signent chez Scantraxx, avec qui ils sont en négociation depuis plus de 6 mois,  et sortent en Juin 2010 « I’m Free » et « Anxiety ». Quelques mois plus tard, Wasted Penguinz sortent la track « Resistance » qui obtiendra la 11ème place du Hardstyle Top 100 de Fear.fm. C’est cette même année qu’ils remporteront le prix « Best new face » de Fear.fm

En 2011, Wasted Penguinz sortent la track qui est a l’heure actuelle considéré comme une des meilleures track eupho : Melancholia. Cette track atteindra la première place du Top 100 de Fear.fm, et deviendra incontournable en 2011, et même encore aujourd’hui. Wasted Penguinz, enchaînent les plus gros festivals tel que Defqon.1, Q-Base ou même Intents.

C’est alors qu’en 2012, ils décident d’annoncer par le biais de leur page Facebook, leur départ de Scantraxx. Ils annonceront un peu plus tard en 2013, leur signature chez Toff Music, ainsi que la sortie de leur album « Wistfulness ».

S’en suivent la sortie de plusieurs tracks, notamment le remix de JoeySuki et Kill The Buzz – Life is Calling en 2014. C’est cette même année que Jon et Pontuz, décident de signer chez le label Belge Dirty Workz, et sortent leur première tracks sous ce label nommée All For Nothing.

En octobre 2016, le duo sort son deuxième album nommé ‘Clarity‘.

 

 

Les raisons du succès :

 

Retournons en 2011, la scène Hardstyle est en plein bouleversement, la ou nous n’avions qu’un seul véritable genre, la scène se met à se diviser en plusieurs sous genre, notamment avec l’émergence de la scène Raw. Wasted Penguinz définissent alors leur propre style « emotional hardstyle ». Ce sous genre qui s’installe de plus en plus, a pour but de faire voyager, avec un hardstyle plus doux et apaisant. Ce sous genre, plait à la communauté, qui s’agrandit de plus en plus, et qui cherche à se différencier du traditionnel Hardstyle.

En restant fidèle à leur style, Wasted Penguinz ont su fidéliser leur fanbase, et se différencier des autres artistes, dans un monde ou être original est un véritable challenge.

Wasted Penguinz, ne sont pas seulement deux DJ, ce sont aussi deux jeunes qui aiment beaucoup, beaucoup, beaucoup… faire la fête. En effet, leurs fans peuvent les suivre au travers des réseaux sociaux et notamment sur snapchat, dans leurs folles soirées, souvent accompagnés d’autres noms de la scène Hard, comme Adrenalize ou Crisis Era. Le duo n’a pas peur de se ridiculiser, ou se montrer dans des situations plutôt gênante. Ils mènent une vie un peu à l’image de leur slogan : Get Wasted ‘N Do It , littéralement « Soit bourré et fais le ». Cet état d’esprit, contraire à l’image actuelle du DJ, qui se veut d’avoir une vie saine et cadrée,  plait forcément à la communauté.

 

Les Wasted Penguinz, ont été aussi au cœur de plusieurs « polémiques« , notamment la plus connue : leur coup de gueule sur la RAW. Revenons en février 2016, Pontuz, lâche une véritable bombe sur Facebook en annonçant son désir de quitter la scène Hard si les choses continuent à aller dans ce sens. La raison est que selon lui, la tournure que prend l’évolution de la Hard Music ne lui plait pas.

La Raw s’est installée, et continue de séduire de plus en plus de fans, mais pour Pontuz, ce sous genre ne devrait pas avoir une aussi grande place sur la scène. Toujours selon ses dires, la raw est plus du « industrial hardcore » que du hardstyle, les tracks se ressemblent plus les unes que les autres et il y a de moins en moins d’originalité dans les tracks, de plus la raw demande beaucoup moins de compétence technique, que de créer une mélodie et une atmosphère autour de la track, de ce fait on peux voir arriver sur la scène des artistes « sortis de nul part ».

Forcement suite à ce post, la communauté à fortement réagit, et on a pu voir deux idéologies se créer, ceux défendant la raw, et ceux défendant l’avis de Pontuz, chacun exposant son point de vue. Finalement cette histoire restera sans conséquence car force est de constater qu’aujourd’hui, Wasted Penguinz est toujours bel en bien présent sur la scène, avec de nombreux booking sur l’année 2017 et a venir en 2018.

Mais c’est ce type de réactions venant d’un artiste qui montre la passion pour la musique, que l’on soit d’accord ou non avec leur avis, Wasted Penguinz sont deux passionnés qui vivent pour le Hardstyle, et qui entraînent avec eux, leur fanbase de plus en plus importante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.